Témoignages

08/06/2008

Le cri dans la nuit !

"Chéri, c'est quoi ce bruit ?" Vla-t-y pas qu'elle me dérange pendant mon film.
"Quel bruit ?" "Ben là, dans les arbres, il y a quelque chose !"
Effectivement, dans le silence d'une nuit dans le Grand Ried, ce . . . cri . . . ne peut que m'intriguer. Je sors, je m'approche de l'arbre (au bord de la route devant chez nous) et je devine un oiseau qui s'égosille et qui piaille comme un malade ! Mais pas moyen de le voir. Vu que c'est moi le connaisseur dans le domaine ( . . . ) je rassure Annette en lui disant qu'il s'agit très certainement d'un rapace nocturne.
Mais à la question "Et il va se taire quand ? Faut que je dorme, moi !" je n'avais pas de réponse.

J'étais plus intrigué par le fait de pouvoir déterminer de quelle espèce il s'agit que par le problème que cela posait à ma chère et tendre. Je prends une torche et je retourne sous l'arbre en question. Son cri je commence à le connaître par cœur et lui mes aller et venues ne le dérangent pas du tout. Ils sont d'ailleurs 2 à présent. Le nôtre sur son arbre tout près de la maison, et un autre au loin. Et ils font causette en pleine nuit (23 h 30 environ) ! De temps à autres je me pousse pour éviter les voitures qui tracent sur cette route garantie sans radar (à cette heure-ci), je me fais discret avec ma torche, mon short et mes tongs dans la nuit !
Je rentre, direction mon ordi et le fabuleux site www.oiseaux.net sur lequel je pianote pendant un bout de temps pour essayer d'identifier le volatile à son chant. Pardon, cri ! Rien. Pas moyen de trouver quelque chose de ressemblant !
Je retourne à "notre" arbre avec torche et dictaphone, pour enregistrer ce cri et faire mes comparatifs sur le site.
Mais que vois-je !?? En voilà un, perché sur poteau télégraphique ! Et mon appareil photo ? Il est où mon appareil photo ? Je re-re-rentre, je le cherche, je reviens, le piailleur numéro 2 a disparu mais le mien est dans un arbre.
Je le torche et je flashe dans la nuit, au juger . . . Voilà le résultat !
Je lui dis bonne nuit, je m'en souhaite autant, et je retourne sur mon site avec cette fois la photo, l'enregistrement et tout et tout ! Pendant que j'écoute les chants enregistrés sur différents sites, une voix venue de je ne sais où me crie : "Tu vas pas t'y mettre toi aussi ??" Je baisse le son et je continue mes recherches ! Il est vrai que ce son strident, avec une fréquence de un cri toutes les . . . 3 secondes . . . et ce pendant toute la nuit, vous ne pouvez pas savoir à quel point ca peut faire ch . . . ! Et il nous a fait ça pendant 3 nuits ! Même le jour je l'entendais de temps à autres. Mais là j'en profitais pour aller le voir et le photographier. Trop mimi !!
Il s'agissait donc d'un jeune hibou moyen-duc, qui appelait ses parents !?? C'est tout ce que j'avais trouvé comme explication pour faire accepter cette cohabitation nocturne à ma p'tite famille. La dernière nuit j'étais même allé le chasser à coups de bout de bois lancés dans l'arbre pour le faire déplacer son perchoir de quelques mètres, car nos voisins (beaucoup moins branchés ornithologie que nous) commençaient à venir avec des torches au pied de l'arbre. Mais rien n'y faisait.
Il est reparti à présent comme il était venu. Nos nuits sont à nouveau sereines, nous pouvons dormir avec les fenêtres ouvertes, mais il commence déjà à me manquer !
Hier soir, il faisait encore jour, il s'est posé sur un câble à 3 mètres de ma fenêtre. J'en croyais pas mes yeux. Je me suis levé pour prendre l'appareil photo et il s'est envolé. Dommage !
Le lien vers la fiche de l'oiseau : http://www.oiseaux.net/oiseaux/hibou.moyen-duc.html

Le lien vers le son . . . pour vous permettre d'apprécier pleinement cette histoire (cliquez sur Young et Fledged Young) :
http://www.owlpages.com/owls.php?genus=Asio&species=otus

Jean-François

20/05/2008

Les bébés du château

J'ai le plaisir de vous annoncer la naissance de (au moins) 3 jeunes hiboux moyen-ducs. Ce sont les voisins, les familles KIEFFER et LAEMMEL qui les ont découverts dans les arbres près de la chapelle du château. M. BRAUN de la LPO m'a confirmé que les hiboux vivent dans les arbres et occupent un nid confectionné par d'autres oiseaux (corneille, pie, . . . ) qu'ils délogent ! Ce sont donc des squatteurs !
Les jeunes restent immobiles sur les branches des alentours car ils ne savent pas encore voler correctement. Il ne faut pas les bousculer.
Bienvenue et longue vie à ces nouveaux habitants de Wilwisheim !

Je vous annonce également la naissance de 4 petits cousins : des bébés chouettes dans le clocher de l'église !

Christine
30/06/2007

Les hirondelles du voisin
Qui n'a jamais admiré des hirondelles voler dans le ciel pour nous débarrasser des mouches en surnombre ? J'ai la chance d'avoir des voisins amis de ces bestioles ! J'ai compté pas moins de huit nids répartis dans leur grange et dépendances. Ils ont été construits un peu partout : sur un tamis, une lampe, une poutre métallique. Parmi ces huits nids, cinq sont remplis de locataires bruyants et affamés.
Leurs parents font un incessant va-et-vient pour les nourrir. De temps en temps, ils se reposent sur un perchoir improvisé. J'aimerais bien connaître le nombre d'hirondelles nées ici. Si chacune d'elles faisait le printemps, il ferait beau toute l'année chez la famille Runtz, mes voisins chanceux. Il est vrai que loger autant de ces demoiselles comporte aussi quelques inconvénients : elles laissent quelques petites traces là où elles passent, dérangeant la propreté des cours, des voitures . . . ou tout autre produit civilisé qui se trouve en dessous. C'est pour celà qu'elles ne sont pas toujours bien accueillies pour construire leur nid. Mais elles font un travail formidable en nous débarrassant des insectes qui nous envahissent en été !
J'admire le succès que connaît la grange de mes voisins, moi qui n'arrive à abriter, dans des nids achetés spécialement pour elles, que quelques oisillons "moins nobles" : des moineaux ! En tout cas, félicitations à mes voisins et, au nom des hirondelles, merci à tous ces gens qui savent encore recevoir ces charmants locataires !!!

Christine

APO Wilwisheim

Vincent :
03 88 91 73 59

 

Jacky et Christine :
03 88 91 74 98
 

contact@ailepeo.fr

Actualités

Avez-vous pensé à faire vos réserves de graines de tournesol ? L'hiver approche !

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
APO Wilwisheim // contact@ailepeo.fr